Alexandra MAILLARD

Cabinet de Psychologie et Neuropsychologie
de Bassens 73
   

 Ecouter, comprendre, soigner 

Qu'est ce que la neuropsychologie ?

La neuropsychologie est l'étude des perturbations cognitives, émotionnelles et des troubles de la personnalité observés suite à une lésion cérébrale, dans le cadre de pathologies neurologiques, de maladies neurodégénératives liées à l'âge ou de troubles neurodéveloppementaux et des apprentissages.


Pourquoi consulter en neuropsychologie ?

Les adultes comme les enfants et les adolescents peuvent consulter pour connaître leur potentiel intellectuel.

 Il est également nécessaire de consulter afin d'évaluer l'impact d'une pathologie neurologique (sclérose en plaques, maladie de steynert, ...) ou les conséquences psychologiques, neurologiques et comportementales d'une opération cérébrale, d'un accident vasculaire cérébral, d'un traumatisme crânien ou d'un trouble épileptique. Les personnes plus âgées peuvent consulter pour observer l'impact d'une pathologie neurodégénérative (maladie d'Alzheimer, démence sémantique, démence vasculaire, ...) sur leurs capacités quotidiennes.

Les enfants peuvent venir consulter notamment dans le cadre de troubles des apprentissages en lien ou non avec des troubles neurodéveloppementaux du type trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H).


Quelles peuvent-être les répercussions de ces troubles au jour le jour ?

- la perte des mots (oubli des noms, sensation de mot sur le bout de la langue fréquent).

- des difficultés à lire, à écrire, à suivre un programme à la télévision.

- des difficultés pour conduire (accidents fréquents et difficultés à trouver son chemin).

- se sentir ralenti et avoir besoin de plus de temps pour faire les choses.

- oublier systématiquement la date du jour, y compris le mois et l'année, ne plus se repérer dans des lieux familiers.

- ne plus réussir à accomplir les tâches ménagères, la cuisine et les courses.

- ne plus réussir à tenir un budget et à gérer les papiers administratifs.

- des difficultés à tenir et suivre une conversation, à écouter l'autre lorsqu'il y a du bruit ou non.

- du retard dans les apprentissages scolaires (lecture, écriture, ...), des difficultés à faire les devoirs, à être attentif à l'école.

- troubles du comportements (désinvolture, agitation, rires inadaptés et incontrôlables, repli sur soi, bagarres ...).

- des difficultés à se faire des amis ou à maintenir une relation sociale.

- des difficultés de compréhension (des conversations, des consignes,...)

- de la rigidité mentale ou des difficultés pour passer d'un exercice ou d'une tâche à une autre.

- ...


Il est important de déceler précocement les troubles cognitifs afin de les réduire et de diminuer efficacement leurs impacts sur le quotidien via la remédiation cognitive.

      ... et la remédiation cognitive ?

La remédiation cognitive relève du domaine des rééducations. C'est un type de traitement offrant des exercices dans le but d'améliorer l'attention, la mémoire, le langage et / ou les fonctions exécutives (inhibition, planification, conceptualisation, mémoire de travail, flexibilité mentale).


Comment se déroule la remédiation cognitive?

La remédiation cognitive fait suite à un bilan neuropsychologique ayant mis en évidence un ou plusieurs troubles cognitifs qui se manifestent par des difficultés à faire les gestes du quotidien.

A travers des exercices ciblés, le neuropsychologue et le patient vont conjointement entrainer la ou les capacités déficitaires afin de réduire au maximum les difficultés du patient.

Le neuropsychologue va également apprendre au patient des stratégies permettant de vivre avec son (ou ses) trouble(s) au quotidien en s'appuyant sur les capacités préservées.

Les activités travaillées vont dans le sens de la demande du patient et de ses difficultés de tous les jours (à la maison, au travail, à l'école, ...).

Avec une intervention en cabinet et/ou à domicile, la remédiation va s'adapter au plus proche des besoins des patients.



Après la remédiation cognitive...

Les patients peuvent constater la réduction de leurs difficultés à la fois dans les tests proposés par le neuropsychologue et dans leur vie de tous les jours.

La personne (ou l'enfant) gagne en confiance et en autonomie, elle se sent plus armée pour affronter les défits du quotidien.

L'enfant rattrape sont retard à l'école et peut faire ses devoirs seul ou avec moins d'aide et en moins de temps.

La personne sent que ses capacités sont renforcées et se sent moins en proie à sa maladie et a la sensation de reprendre le contrôle de sa vie.

Mieux dans sa peau, le patient aspire à une vie "normale" et à se sentir moins différent des autres. Il se sent libre d'entreprendre de nouvelles choses et capable d'atteindre les objectifs qu'il s'est fixé.


En l'absence de remédiation cognitive...

Il est fréquent d'observer une augmentation des difficultés quotidiennes avec des difficultés apparaissant dans des domaines de plus en plus variés. Les troubles empiètent progressivement sur l'autonomie du patient qui devient de plus en plus dépendant des autres (ou l'enfant accentue son retard à l'école). La personne se sent davantage différente des autres, se replie sur elle-même allant parfois jusqu'à développer des problèmes émotionnels qui ont tendance à faire augmenter les troubles cognitifs. La personne peut ainsi se retrouver emportée dans un cercle vicieux.



Que sont les thérapies cognitives et comportementales ?


Les psychothérapies cognitives et comportementales sont une branche de la psychologie qui relie nos pensées avec nos émotions et nos actions. Elles regroupent un ensemble de traitements des troubles psychiatriques qui partagent l' approche selon laquelle la thérapeutique doit être basée sur les connaissances issues de la psychologie scientifique.


Dans quels cas entamer une thérapie?
- de troubles de l'humeur (épisode dépressif, trouble bipolaire, épisode maniaque, ...).
- de troubles anxieux (anxiété généralisée, attaques de panique, agoraphobie, ...).
- d'addiction (alcool, drogues, tabac, jeux d'argent, jeux en ligne, ...).
- de phobies (des animaux, des insectes, de vomir, de s'étouffer, du vertige,  de la voiture, de l'avion...).
- de troubles obsessionnels et compulsifs (obsession de l'ordre, peur intense de la contamination, peur de provoquer une catastrophe, répétition de gestes, vérifications trop fréquentes ...).
- de phobie sociale ou de phobie scolaire (peur intense  de l'échec, d'être ridicule ou de mal faire les choses, crainte des autres et des jugements qu'ils peuvent avoir sur nous).
- d'un syndrome de stress post traumatique (perturbations émotionnelles et comportementales en lien avec un événement traumatique).
- de troubles des conduites alimentaires (anorexie mentale, boulimie, hyperphagie, ...).
- pour de la guidance parentale (gestion de conflits parents-enfants).
- pour de problèmes de couple ou de problèmes sexuels (conflits relationnels, vaginisme, anorgasmie, troubles érectiles, ...).
- pour des difficultés relationnelles, des difficultés d'insertion sociale ou professionnelles, des troubles du comportement (agressivité, impulsivité, ...).
- pour de troubles du sommeil (insomnies, réveils fréquents, difficultés d'endormissement, ...).
- de troubles de l'attention avec ou sans hyperactivité (notamment la prise en charge des troubles de la gestion émotionnelle).
- ...


Quel que soit le problème, il faut consulter un psychologue dès que l'on ressent un état de mal-être qui nous affecte au quotidien.

Comment se déroule une thérapie ?
La thérapie obéit à des protocoles standardisés. Elle évalue  l'évolution du patient au cours de la thérapie et accepte la démarche de médecine basée sur les faits. Ces thérapies ont pour particularité de s'attaquer aux difficultés du patient dans « l'ici et maintenant », par des exercices pratiques centrés sur les symptômes observables au travers du comportement et avec l'accompagnement du thérapeute qui intervient sur les processus mentaux (ou processus cognitifs), conscients ou non, considérés comme étant à l'origine des émotions et de leurs désordres.
En fonction du trouble, une thérapie cognitive et comportementale comporte entre 10 et 20 séances mais ceci peut varier pour chaque patient.